Le vrai rêve chinois

Le vrai rêve chinois

On parle énormément du rêve chinois incarné par le président chinois Xi. On l’imagine facilement comme une copie du « rêve américain », une réussite personnelle et plus généralement économique. Pourtant cela serait mal connaître la chine. Cela serait caler notre vision occidentale sans comprendre ce qu’est la chine depuis son origine.

On peut commencer à parler de Chine à partir de -1000 av. J-C, mais on ne parle pas d’un état nation. C’est plus un ensemble de clans qui partageait, et qui partage toujours ,les mêmes valeurs et la même culture. Le système d’écriture aidant à garder une continuité. Cet état se voit donc comme une somme de tribus rassemblées par un empereur qui donne le nom de sa dynastie à l’empire ( la dernière des dynasties Qing a régné de 1644 a 1911, cela ce prononce « chine »).

Cependant pour compliquer la chose, les frontières de ces tribus soumises à l’empereur ne sont pas très claires. De plus tout ne suit pas totalement l’empereur en place. Si on suit la conception chinoise, la chine était radicalement le monde. Le reste n’est pas important, pas civilisé . Les frontières seraient l »espace sous le ciel (tianxia) sur lequel règne l’empereur », un peu vague donc. Surtout que, plus on s’éloigne du siège de l’empereur, plus son autorité faiblit. L’administration avait parfois ses tendances séparatistes , encore plus avec les particularités locales. Tout comme aujourd’hui la chine a parfois du mal à totalement gérer son immense population et son immense territoire. C’est un facteur qui explique l’acceptation de cet état autoritaire.

1247px-The_reception_of_the_diplomatique_and_his_suite,_at_the_Court_of_Pekin_by_James_Gillray.jpg

C’est là où entre en jeux le concept de tianxia, l’espace sous le ciel. Du début du premier millénaire l’empereur est reconnu du nord de la péninsule coréenne jusqu’aux frontières du Vietnam actuel. Cet immense territoire va beaucoup influencer l’Asie, ce qu’on appelle le monde sinisé. Le Japon a totalement copié l’organisation chinoise pour ce qui est de la bonne gouvernance, de l’écriture ou encore de la philosophie. La Corée et l’Indochine sont aussi de bons exemples. Ces pays partagent des valeurs centrées sur la chine, parfois payent des tributs mais ne se voient pas comme chinois. L’empereur considérait tout ce monde sinisé comme sous son ciel, mais dans les faits ces peuples développent de plus en plus leurs identités. Jusque ne plus être tributaire de la Chine. Tout comme elle est originellement arrivée, c’est grâce à l’écriture que la coupure avec la chine va arriver. Les kanas au Japon entre le 9e et le 11e ou encore les hanguls en Corée ( dans le royaume de Yi).

C’est donc à ce tianxia que Xi fait référence avec le rêve chinois, un monde qui reconnaît la puissance de l’empereur, sans frontière claire ( c’est l’arrivée des occidentaux qui a forcé la chine a dessiner de véritable frontière). Le rêve chinois c’est la fin d’un Taiwan indépendant, d’un Japon et d’une Inde influente, d’une autonomie complète des pays asiatiques. En 2010, à Hanoi, le ministre chinois des Affaires étrangères Yang Jiechi déclara « les petits pays devaient tenir compte des intérêts des grands pays ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s