Enfin un nouvel accord asiatique basé sur une coopération sino japonaise ?

La guerre commerciale américaine et le dégel des liens entre la Chine et le Japon ouvrent des perspectives pour le plus grand accord de libre-échange régional du monde, ont déclaré dimanche des analystes après que les négociateurs commerciaux ont exprimé de grands espoirs de parvenir à un large accord en novembre.

Le ministre singapourien du Commerce et de l’Industrie Chan Chun Sing a déclaré que les négociateurs commerciaux de 16 signataires probables du Partenariat économique régional global, ou RCEP, soutenu par la Chine, se sont mis d’accord sur les éléments clés de l’accord lors d’une réunion à Singapour la semaine dernière, et un large accord était probable lorsque les dirigeants des pays se sont rencontrés dans la ville-état en novembre

.j@pan et chine

« Nous recherchons cet accord général, ce jalon à atteindre, ou ce que nous appelons une conclusion substantielle, lorsque les dirigeants se réunissent à la fin de l’année « , a déclaré M. Chan samedi.
Le pacte des 16 nations, impliquant 10 membres de l’ASEAN ainsi que la Chine, le Japon, l’Australie, l’Inde, la Nouvelle-Zélande et la Corée du Sud, couvrirait environ la moitié de la population mondiale et un tiers de son PIB.

Il fait l’objet de négociations depuis des années, mais un accord n’a pas encore été conclu.

Les attentes à l’égard d’un accord ont augmenté dimanche lorsque le journal Sankei a cité le Premier ministre japonais Shinzo Abe, qui a déclaré que les relations du Japon avec la Chine étaient revenues à la normale.

« Le Premier ministre Li Keqiang s’est rendu au Japon en mai et les relations Japon-Chine sont complètement revenues à la normale « , a déclaré M. Abe au journal Sankei.

Huo Jianguo, ancien directeur d’un institut de recherche relevant du ministère chinois du Commerce, a déclaré que la Chine avait un besoin urgent d’une percée dans le RCEP alors qu’elle cherchait des débouchés économiques dans la région pour l’aider à surmonter sa guerre commerciale à Washington.

« La Chine doit prendre l’initiative de former un nouvel ordre commercial international « , a dit M. Huo. « Les négociations du RCEP traînent depuis trop longtemps et la Chine ne peut pas se permettre une autre année de retard. »

La sortie des usa du tpp a créée un grand vide que pékin aime combler. Les négociations ont achoppé sur la mesure dans laquelle chaque pays devrait être prêt à ouvrir ses marchés aux biens, services et investissements extérieurs. Certains pays comme le Japon exigent un haut niveau d’ouverture, mais d’autres comme l’Inde sont résistants. D’autres ont de mauvais souvenirs avec de précédents accords chinois. L’agressivité de Xi n’aide pas non plus, le Vietnam la Corée et le japon on toujours une peur d’un retour a un monde « Siniser ».

Mais Huo a déclaré que les arrangements intérimaires pouvaient permettre une ouverture progressive et que la priorité était maintenant de parvenir à un accord.

Les analystes ont déclaré que tout progrès sur un accord dépendrait de la coopération entre la Chine et le Japon, la deuxième et la troisième plus grande économie mondiale.

« Le Japon était passif, mais maintenant il est devenu beaucoup plus proactif au sujet du RCEP « , a déclaré Jiang Ruiping, expert en études japonaises à l’Université des affaires étrangères de Chine.

M. Jiang a déclaré que le retrait des États-Unis du Partenariat transpacifique (PPT), l’achèvement de l’accord commercial entre le Japon et l’Union européenne et la nécessité pour le Japon de conclure un accord de libre-échange régional avaient poussé Tokyo à se tourner vers le plan soutenu par la Chine.

En juillet, Abe a fait pression pour un accord rapide sur le RCEP.

« Alors que nous sommes confrontés à la montée du protectionnisme dans le monde, nous devons tous nous unir en Asie « , a-t-il dit.

Entre-temps, une nouvelle vie a été insufflée aux relations Chine-Japon, le Japon étant plus disposé à travailler avec la Chine sur l’agenda de Pékin.

« L’un des domaines dans lequel les meilleures relations Chine-Japon peuvent fonctionner ensemble est la coopération commerciale régionale « , a déclaré M. Jiang.

Pour rappel, en 2014, le commerce intraregional représentait 52% des échanges de la zone Asie  ( soit proche des 68% européens).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s