Pourquoi un Tibet indépendant est inconcevable

Selon les Chinois, le Tibet fait partie de leur empire depuis le VII eme siècle, à la suite du mariage entre le roi du Tibet et une princesse chinoise. Le bouddhisme s’y répandit au VIII‘ siècle et, culturellement, le Tibet subit davantage l’influence indienne. Il va devenir au fil des siècles une véritable théocratie. Au XVIII’ siècle, les lamas ( chef religieux) se reconnaissent comme vassaux de l’empire de Chine. Le Tibet n’est pas formellement rattaché à la Chine mais ne constitue pas, pour autant, un État indépendant. À La chute de la dynastie mandchoue en 1911, les Chinois sont chassés du Tibet.

Après la prise du pouvoir par Mao Tse-toung, en 1949, l’armée chinoise annexe officiellement le Tibet. Il s’agit pour Mai Tse-toung de jouer à la fois la carte nationaliste et la carte politique ( libérer les Tibétains du “servage” dans lequel la population était maintenue au profit du clergé, était privée de tout droit politique et réduite à un état de misère et de travail forcé). Pour autant, la conquête de la Chine Maoïste, si elle va améliorer le sort matériel des Tibétains, ne vas pas leur accorder de droits politiques. En 1959, le dalaï-lama, qui est à la fois autorité religieuse et politique, s’enfuit du Tibet pour se réfugier en Inde, à la suite d’un soulèvement populaire violemment réprimé.

Un Tibet indépendant est donc tout à fait inconcevable

Le dalai-lama constitue un gouvernement tibétain en exil. Lors de la Révolution culturelle, toutes les activités religieuses sont interdites, des milliers de temples sont détruits, pas seulement bouddhiste et pas seulement en Tibet. Lorsqu’il arrive au pouvoir en 1978, Deng xiaoping va modifier la politique de la Chine à l’égard du Tibet. Jouant à la fois de la carotte et du bâton, il modernise la région ( comme le reste du pays), la dote d’infrastructure et permet une légère ouverture culturelle, ils existent par exemples des aménagement pour l’épreuve du BAC chinois (très important dans ce pays). Le reste des chinois sont d’ailleurs souvent énerver contre ces cadeaux donner au tibétain.

woman sitting in front of monk
Les chinois considerent parfois les lamas comme des terroristes qui encouragent des jeunes pour leur immolation.

Deng organisa aussi l’installation de nombreux Chinois dans la region pour changer l’équilibre démographique. Le dalaï- Lana reçoit le prix nobel de la paix en 1989 ce qui irrite beaucoup le pouvoir en place. Il est en effet considéré comme indépendantiste par la Chine, mettant en cause de façon inacceptable l’unité national du pays. Il prône la voie de la non-violence et cherche à aboutir à un compromis politique en vue de l’autonomie du Tibet, non de l’indépendance. Le dalaï-lama est très populaire dans le monde occidental. Il a le soutien de ceux qui sont culturellement tentés par le bouddhisme, de ceux qui le voient comme un leader non violent qui s’oppose à l’oppression militaire de la Chine et de ceux qui considèrent que c’est un bon instrument de communication politique négative à l’égard de la Chine, dont la montée en puissance inquiète. Les autorités chinoises disent vouloir choisir le prochain dalaï-Lana, ce qui le privera d’une réelle légitimité au yeux de la population.

ils existent par exemples des aménagement pour l’épreuve du BAC chinois

Sans être complètement insensible aux condamnations internationales, la Chine n’entend pas céder sur la question du Tibet. Elle considère qu’il fait partie intégrante de son territoire. Les pays qui honorent ouvertement le dalaï-lama s’exposent à des représailles politiques et économiques, car ils sont accusés de remettre en question la souveraineté et l’intégrité territoriale de la Chine. Le soutien au dalaï-lama est considéré comme une ingérence inacceptable. La reconquête du Tibet s’inscrit dans le mouvement d’ensemble chinois pour corriger le siècle d’humiliation.

asian boy child children
Il existe des quartier tibétain dans de nombreuse ville chinoise, les jeunes chinois et chinoises refuse souvent d’y aller par peur de violence.

Par ailleurs, celui-ci a une importance stratégique majeure face à l’Inde, il dispose également de vastes réserves d’eau. La modernisation économique en cours est vécue comme une politique d’acculturation par de nombreux Tibétains ; pour les chinois elle est présentée comme faisant partie de la modernisation globale de leur pays. Un Tibet indépendant est donc tout à fait inconcevable, encore moins avec la montée en puissance de la Chine. Sûre de conserver la souveraineté de la région, la Chine pourrait consentir à une ouverture culturelle et politique qui pourrait également concerner le pays. Si les opinions occidentales sont très concernées par le sort du Tibet, leurs gouvernements s’accommodent très bien de la situation.

En 2011, le dalaï-lama a renoncé à sa fonction politique et transmis le pouvoir au Premier ministre. En 2015, il a déclaré qu’il pourrait ne pas désigner de successeur. Pékin, de son côté, se réserve le droit de désigner le prochain dalaï-lama.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s