La Corée du sud veut un plan économique avec le nord

Le 27 avril, le président Moon Jae-in a offert au dirigeant du Nord Kim Jong-un une clef USB contenant une « Nouvelle carte économique de la péninsule coréenne » au village frontalier fortifié de Panmunjom.

L’initiative comprenait trois ceintures économiques – l’une reliant la côte ouest de la péninsule à la Chine, faisant de la région un centre logistique ; l’autre reliant la côte à la Russie pour la coopération énergétique, la dernière à la frontière actuelle pour promouvoir le tourisme.

kim 56

Séoul propose à Kim Jong-un grand compromis pour relier les économies nord et sud-coréenne avec la Chine.

Alors que les sources du bureau présidentiel sud-coréen n’ont pas donné plus de détails sur les informations contenues dans le plan, elles ont confirmé que le projet était en ligne avec le « discours de Berlin » de Moon l’année dernière lorsqu’il a présenté son approche de base pour le nord lors d’une visite à la capitale allemande.

Au cours de la campagne présidentielle de l’année dernière, Moon s’est engagé à fusionner les économies des deux Corées dans un marché unique afin de jeter les bases de l’unification. Park Byeong-seug, un législateur sud-coréen du Parti démocratique de Corée au pouvoir, a déclaré que la proposition était conforme aux promesses de campagne de Moon.

Pékin est susceptible d’accueillir favorablement la proposition de Séoul, car elle est conforme à son intérêt national, qui est d’améliorer le développement économique durable et de renforcer la ceinture de la rouille du nord-est du pays.

Le plan aurait un impact énorme sur la région nord-est de la Chine

Cheng Xiaohe, directeur adjoint du centre d’études stratégiques internationales de l’Unàiversité de Renmin, a déclaré que Pékin pourrait essayer d’incorporer le plan dans son initiative Belt and Road ( la nouvelle route de la soi). « Le Nord-Est a été le maillon le plus faible de la Chine et a connu un développement économique médiocre pendant des années. Une liaison ferroviaire pourrait faire une réelle différence dans la région « , a déclaré M. Cheng. L’amélioration de la logistique de la zone profiterait également à la Chine, car son accès à la haute mer dans cette partie du monde est physiquement bloqué par la péninsule coréenne et l’extrême-orient de la Russie.

NGS Picture ID:1210057
Ferm au nord de la chine

L’économie de la Corée du Nord est également étroitement liée au nord-est de la Chine et l’ouverture des marchés de l’État reclus pourrait offrir de nouveaux débouchés aux provinces chinoises à sa frontière. Lu Chao, chercheur à l’Académie des sciences sociales de Liaoning, a déclaré : « Le plan aurait un impact énorme sur la région nord-est de la Chine, car il transformerait la région en un centre logistique en Asie de l’Est, qui pourrait servir de moteur à la croissance économique rapide de la région.

Sans la dénucléarisation complète de Pyongyang, ce ne sera pas si facile

« Le nord-est est la région avec le plus grand potentiel économique de la Chine. Une liaison ferroviaire amènerait une myriade d’investissements étrangers et aiderait l’économie à décoller. »

Néanmoins, les observateurs ont ajouté que les initiatives dépendaient de la volonté de Kim d’accepter la définition de la dénucléarisation de Séoul, à savoir le démantèlement complet, vérifiable et irréversible du programme nucléaire du Nord. Cheng a déclaré : « Sans la dénucléarisation complète de Pyongyang, ce ne sera pas si facile. Après tout, la société internationale est toujours liée par les sanctions de l’ONU. »

Séoul a approuvé la résolution 2375 du Conseil de sécurité de l’ONU, qui limite le champ d’application d’un accord de coopération économique. La mesure, adoptée en septembre de l’année dernière, limite en effet les exportations de pétrole brut et de produits pétroliers raffinés vers la Corée du Nord et interdit les co-entreprises avec l’État ermite.

La Corée du Sud devrait permettre à ses alliés et à l’ONU de servir de médiateur pour tout assouplissement des sanctions avant de pouvoir établir une coopération économique avec le Nord. Moon Chung-in, conseiller spécial pour les affaires étrangères et la sécurité nationale de Séoul, a déclaré le mois dernier que les incitations économiques de Séoul compenseraient Pyongyang du gel son programme de missiles, divulgué sa capacité nucléaire et permis des inspections internationales à l’intérieur de ses frontières.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s