Le programme spatial indien

L’expérience de l’Inde avec les fusées n’est pas nouvelle. Des feux d’artifice importés grâce à l’ancienne route de la soie étaient en effet déjà populaire. Après que l’Inde est obtenue son indépendance en 1947, les scientifiques et les politiciens indiens ont reconnu le potentiel de la technologie des fusées dans les applications de défense, ainsi que pour la recherche et le développement. Un pays aussi grand sur le plan démographique que l’Inde a besoin de ses propres capacités spatiales indépendantes, et reconnaissant le potentiel initial des satellites dans les domaines de la télédétection et des communications, ces visionnaires ont entrepris d’établir une organisation de recherche spatiale.

Les débuts de l’aventure spatiale indienne

Le Dr Vikram Sarabhai a été le père fondateur du programme spatial indien et est considéré par beaucoup comme un visionnaire scientifique et un héros national. Après le lancement de Spoutnik en 1957, il a compris le potentiel des satellites. Le premier ministre indien, Jawaharlal Nehru, qui considérait le développement scientifique comme un élément essentiel de l’avenir de l’Inde, a placé la recherche spatiale sous la juridiction du Département de l’énergie atomique en 1961. Le directeur du DAE, Homi Bhabha, qui était le père du programme atomique de l’Inde, a ensuite créé le Comité national indien pour la recherche Sapce (INCOSPAR), présidé par le Dr Sarabhai en 1962.

Le programme indien Rohini a continué à lancer des fusées-sondes de plus grande taille et d’une plus grande complexité. Le programme spatial a été élargi et finalement doté de son propre ministère, distinct du ministère de l’Énergie atomique. Le 15 août 1969, l’Organisation indienne de recherche spatiale (ISRO) a été créée à partir du programme INCOSPAR sous l’égide de la DAE, poursuivie sous la Commission spatiale et enfin le Département de l’espace, créé en juin 1972.

fusee indienne

Le satellite Indien Aryabhata

Dans les années 1960, Sarabhai a participé à une étude avec la NASA concernant la faisabilité de l’utilisation de satellites pour des applications aussi vastes que la radiodiffusion télévisuelle directe, et cette étude avait constaté que c’était le moyen le plus économique de transmettre de telles émissions. Ayant reconnu les avantages que les satellites pouvaient apporter à l’Inde dès le départ, Sarabhai et l’ISRO ont entrepris de concevoir et de créer un lanceur indépendant, capable de se lancer en orbite, et de fournir l’expérience précieuse nécessaire à la construction de lanceurs de plus grande taille à l’avenir. Reconnaissant la capacité avancée de l’Inde à construire des moteurs solides avec la série Rohini, et le fait que d’autres pays avaient favorisé les fusées solides pour des projets similaires, l’ISRO a entrepris de construire la technologie et l’infrastructure pour le lanceur de satellites (SLV). Inspiré par la fusée américaine scoute, le véhicule serait un véhicule à quatre étages.

Pendant ce temps, l’Inde a commencé à développer la technologie satellitaire en anticipant les besoins futurs en matière de télédétection et de communication. L’Inde s’est concentrée sur des missions pratiques, directement bénéfiques pour les gens au lieu de programmes spatiaux habités ou d’explorations spatiales robotiques comme son voisin chinois. Le satellite Aryabhata, lancé en 1975 depuis Kapustin Yar à l’aide d’un lanceur soviétique Cosmos-3M, a été son premier satellite. Il est tombé en panne au bout de quelques jours malheureusement.

En 1979, le SLV était prêt à être lancé à partir d’un deuxième site de lancement nouvellement établi, le Satish Dhawan Space Center (SDSC). Le premier lancement en 1979 a été un échec, attribué à un défaut de contrôle dans la seconde partie. En 1980, ce problème a été résolu. Le premier satellite national lancé par l’Inde se nomme Rohini-1.

Aryabhata_Satellite
Le satellite Aryabhata

L’indépendance du spatial

Après le succès de la SLV, l’ISRO a souhaité commencer la construction d’un lanceur capable de mettre en orbite polaire des satellites utiles. La conception du Polar satellite Launch Vehicle (PSLV) est en cours. Ce véhicule tirant parti à la fois de l’ancienne technologie avec de grands étages solides fiables et de nouveaux moteurs liquides. En même temps, la direction de l’ISRO a décidé qu’il serait prudent de développer une fusée plus petite, basée sur le SLV, qui servirait de banc d’essai pour bon nombre des nouvelles technologies qui seraient utilisées sur le PSLV. Le lanceur Augmented Satellite Launch Vehicle (ASLV) testerait des technologies telles que les propulseurs à courroie et les nouveaux systèmes de guidage, afin de pouvoir acquérir de l’expérience avant que le PSLV ne soit pleinement opérationnel.

Finalement, l’ASLV a été testé en vol en 1987, mais ce lancement a été un échec. Après des corrections mineures, un autre lancement a été tenté en 1988, ce lancement a de nouveau échoué. Cette fois une enquête complète a été lancée, fournissant une expertise précieuse. Des mesures supplémentaires comme l’amélioration des propulseurs de manœuvre et des mises à niveau des systèmes de contrôle de vol ont été ajoutées. Le développement de l’ASLV s’est également avéré utile dans le développement de la technologie des moteurs à courroies.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s