Un sociologue : H. Becker, ses concepts.

Un sociologue : H. Becker, ses concepts.

H.Becker est un sociologue américain né en 1928, il est aussi passionné de photographie ou de musique. Il est l’un des principaux représentants du courant interactionniste. Il privilégie l’observation de terrain et accorde une importance particulière à l’étude de la déviance.

Relations sociales et activité économique.

  • H. Becker accorde une place centrale à l’interaction dans l’étude sociologique. Ainsi, il définit la sociologie comme « l’étude de la manière dont les gens font les choses ensemble ». C’est donc dans l’interaction que les individus définissent la situation dans laquelle ils sont engagés et adaptent en fonction leur comportement.
  • Comme les autres sociologues du courant interactionniste, il note que le contrôle social s’exerce au-delà des comportements de crime et de délinquance, et concerne des pratiques telles que l’alcoolisme, la consommation de drogue ou l’appartenance à un mouvement musical. L’individu n’est pas déviant par essence (son action ne peut se réduire à une transgression des normes), mais est désigné comme tel dans sa relation aux autres. La déviance est donc créée par la société. Elle est le produit d’une interaction, située et datée, entre un individu qui commet un acte et le groupe social qui y réagit. Becker étant lui-même pianiste, il fera des musiciens de jazz fumeurs de marijuana son objet d’étude dans les années 1960.

Étiquetage.

  • La probabilité d’être étiqueté avec succès comme déviant est plus importante si l’individu appartient à une contre-culture (sous-culture s’opposant à la culture dominante).
  • La reconnaissance de l’étiquette « déviant » résulte d’un processus, dont la première étape consiste en la transgression de la norme (ne pas reconnaître la Shoah , par exemple); puis, pour devenir déviant et être désigné publiquement comme tel par les instances de contrôle social, ce comportement doit se reproduire. Alors, le négationniste intériorise son caractère déviant dans le cadre d’un processus de socialisation et se définit lui-même ainsi, s’enfermant dans son image et rendant plus difficile la renonciation à ce comportement ; enfin, sa carrière de déviant se confirme par la fréquentation d’autres fumeurs et par l’adhésion aux valeurs et règles de ce groupe déviant.
  • Se constitue alors une spirale de la déviance où chaque acte renforce son étiquette et conforte à ses yeux la légitimité de son comportement, rejetant un peu plus les divers contrôles sociaux.

 

Aller plus loin.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s