A la recherche d’un idéal. CHAP 4

Chapitre précédent

Ce fut un silence de plusieurs secondes, on entendait le vent souffler fort, ce vent qui entre par une oreille et qui ressort par l’autre. Plus qu’un vent, c’était un vide. J’ai vite réalisé qu’il s’était servi de moi, mais je ne ressentais rien. Je l’avais peut être déjà deviné depuis notre première rencontre, j’aurai tant souhaité lui être utile afin de payer ma dette envers lui, peu importe l’objet dont il s’agissait, je lui devais bien ça. Malheureusement, je n’avais aucune idée de ce qu’il cherchait. Encore un secret que notre civilisation cache. Si ça se trouve les Kurozeko seraient venu pour ceci et non pour notre don ? Non.. je ne pense pas, si ils étaient venu pour la même choses que recherche Phopho, ils auraient probablement déjà trouvé. Ce qui veut dire, que ces barbares tout comme moi n’étaient pas au courant pour cet objet. D’ailleurs, à quoi peut-il bien servir ? Quel est donc la fonctionnalité de ce qu’il recherche ? Hésitant, j’ai commencé à parler, je lui ai demandé de quel objet il s’agissait. Peut être que si il me donnait quelques détails, je saurai de quoi il s’agit. Sidéré, il m’avoua que cet objet n’avais aucun nom, c’était mieux ainsi pour éviter le désordre au sein des Rolelys. Comment se faisait t-il alors que Phopho n’étant pas un des notre soit au courant d’un objet que nous gardions alors que moi même y appartenant ne soit pas au courant. Il me faisait peur, je commençais à le craindre. Mais je devais me lier d’amitié avec lui, ne le connaissant que très peu je devais rester sur mes gardes. Vu que je ne lui servais plus à rien il pouvait faire de moi ce qu’il voulait, je craignais la mort. Je n’étais pas grand choses pour lui, du moins c’est ce que je pensais quand il me demanda si je pouvais connaître quelqu’un au courant de l’existence de cet objet. Sans réfléchir, je lui ai répondu que le Doyen était peut être au courant. Très bien, allons le voir dans ce cas répliqua t-il. Quel idiot étais-je, mettre en danger le Doyen et en plus je ne sais même pas où il se trouve. Je ne suis qu’un minable… Phopho décida de partir sur le champ, je lui ai demandé de m’attendre quelques minutes. Je ne pouvais partir de chez moi sans faire un tour dans l’entourage. En marchant vers la place principale, du moins ses ruines, j’ai aperçu une poupée de paille, sans aucun doute un enfant l’ayant perdu. Sa propriétaire n’étant pas là, j’ai décidé de la garder afin de me faire un souvenir de Chanal, il s’agissait peut être de la dernière fois où je la foulais. Après avoir fait mon deuil, je me suis dirigé prêt du vaisseau, Mon compagnon de voyage se tenait debout devant son véhicule et m’attendais. Quelques rayons du soleil dévié vers par là, c’était le crépuscule, il faisait chaud. Si il n’y avait jamais eu ces horreurs ici, je pense que je n’aurai jamais versé cette larme d’adieu en entrant dans le vaisseau. Mon doux foyer était maintenant derrière moi et je devais me concentrer sur l’avenir. Phopho démarra les moteurs, et nous avons fait cap vers une station perdu au beau milieu des constellations. Il avait bien deviné que je n’avais aucune idée où pouvait se trouver notre cher doyen. Lorsqu’on cherche certaines informations, il est préférable d’aller au bon endroit m’a t-il dit. Arrivé à la station, il m’a donné quelques ordres à respecter, ne pas dévoiler nos identités, ne pas entrer des problèmes, passer presque inaperçu. J’ai tout de suite pensé qu’on était dans un film, mais je ne devais pas jouer mon rôle trop à cœur, en cas d’inattention ma vie serait immédiatement en danger. Après ses instructions, nous avions mis nos capes, puis avions ouvert la porte. Nous nous sommes dirigés vers le bar le plus populaire de la station, on y rencontre beaucoup de voyageurs, d’après ce qu’on raconte, il y a aussi énormément de trafiquant. C’était bien plus qu’un simple bar, c’était un repaire de voyou. En entrant dans le bar, une chaleur insupportable et irrespirable plané. Le patron du bar était derrière son comptoir et servait de gros malfrats à première vue.. des hommes baraqués avec des tatouages partout sur le corps indiquant certains de leur exploit et de quel clan ils faisaient parti. Personnes ne souhaitaient se frotter à ces gens là, être dans leur viseur était signe de mort. Nous nous sommes approché du comptoir où se tenait le gérant, il s’agissait d’une femme, elle se faisait respecter de tous, derrière elle se trouvait des anciens articles de journaux parlant d’elle, « La Femme la plus forte du monde » et bien d’autres, sous ses airs de gentille fille il s’agissait véritablement d’un monstre. A peine assis, nous sommes restés figés pendant un moment, notre regard s’était posé sur deux avis de recherches, il y avait bien nos noms et nos visages avec une jolie somme pour nos têtes. Pour ma part, il fallait me capturer vivant uniquement et pour Phopho peu importe, mort ou vif. Nous avons commencé à baisser notre capes, sans que nous le sachions nous arrivâmes tout droit dans la gueule du loup. Comment pouvions nous être à la recherche d’information alors que nous étions recherché.. C’est à ce moment qu’un homme grand et robuste s’approcha de nous, avec une voix fort que personne ne pouvait ignorer nous demanda ce que nous voulions boire. La tension retomba, d’une voix hésitante j’ai répondu en premier un verre d’eau, le serveur dubitatif rigola, tout le bar interrogé se retourna vers lui, tout le monde l’entendais… Phopho me regarda avec un regard massacrant, c’était la fin pour nous. Le serveur repris ses esprits, et me demanda à nouveau ce que je voulais réellement, en regardant alors sur les autres tables je pouvais voir des bières, vodka, etc… Cette fois ci d’une voix plus confiant j’ai répondu une bière! Les clients du bar sont reparti à leur occupations sauf quelques uns qui nous fixé toujours, me mettant très mal à l’aise et cherché à regarder autre choses le temps que Phopho commanda. Il commanda un Bjoikerl, je n’en avais jamais entendu parler auparavant, probablement une la spécialité de la maison.. Après avoir pris nos commandes, le serveur est parti au comptoir. On l’a échappé belle me chuchote Phopho. C’est alors qu’un homme s’est approché de nous, nous n’osions pas le regarder droit dans les yeux pour ne pas être identifier. Je tremblais sous ma cape à cause de ses pas lourd, il s’est assis à notre table et nous a sourie. « Mes deux nouveaux amis vont tout de même me payer un coup de gnôle hein?  » nous à t-il dit. Je commençais à claquer des dents, mon compagnon pris alors l’initiative en lui demandant ce qu’il souhaitait. Il répondit du tac au tac l’alcool coûtant le plus cher du bar. Phopho ne pouvait pas payer une tel somme, nous avions déjà du mal à payer ce qu’on avait commander. Suite à la réponse négative, l’homme se leva, et nous chuchota alors à l’oreille qu’il savait qui on était, il se présenta en étant chasseur de prime et qu’il n’était pas le seul au sein de l’établissement. Aucun son sortait de notre bouche, Phopho pouvait évidemment se débarrasser de cet homme, mais déclencher une bagarre ici serait la pire des choses. Un silence de plusieurs secondes apparu, l’homme se retourna et commença à prendre la parole, Phopho avait sorti sa dague, c’est alors que le serveur est revenu avec nos boissons et les déposa sur notre table. Ce dernier sans que nous l’avions aperçu pris une chaise et la lança contre l’homme qui aller nous dénoncer. J’étais étonné, quant à Phopho, il garda son calme. La bande de la victime se leva et commença à provoquer le serveur. Avant même que les insultes se lancèrent, la gérante escalada son comptoir et à prévenu tout le monde qu’il était hors de question qu’il y ai des règlements de compte ici. La bande prirent leur ami à moitié mort sur le sol, et sont parti dehors sans un mot. Les articles de journaux derrière le comptoir n’est surement pas là pour faire jolie. Après que le bar se soit calmé, elle s’approcha de nous et nous demanda de la suivre.

Chapitre Suivant

2 réponses sur “A la recherche d’un idéal. CHAP 4”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s