Comprendre : Egalité et inégalité

Comprendre : Egalité et inégalité

Un droit pour tous

La révolution française de 1789 a aboli les ordres et les privilèges. Elle a posé comme principe fondamental la possibilité pour chaque individu de réussir non plus du fait de sa naissance, mais grâce à ses compétences, à son travail, à son mérite ; Ce principe fondamental postule donc que tous les individus sont égaux en droits, ce qu’affirme la déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789 dans son article 1: «Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit».

Ce principe d’égalité des droits est le principe fondateur de toute démocratie. La démocratie est donc un régime politique où l’accès à toutes les situations est égal pour tous ses membres: autrement dit, chaque individu doit avoir les mêmes chances d’accéder au post de premier ministre comme à celui de contremaître chez Peugeot. Aucune situation social ne doit donc être héréditaire, ce qui suppose qu’existe une réelle égalité des chances.

Aujourd’hui de nombreuses réalités mettent à mal nos principes démocratiques. Si aujourd’hui en France, nous sommes tous censés disposer des mêmes droits, ceux qui naissent noirs ou qui portent des noms à consonance arabe se voient refuser l’accès à certaines positions social alors même que leurs diplômes attestent de leur capacité à y accéder. Cette inégalité n’est pas qu’ethnique: ainsi, être obligé de travailler pour payer ses études parce qu’on est fils d’employé ou fils d’ouvrier ne donne pas les mêmes conditions de réussite que de faire ses étude sans être obliger de travailler parce qu’on est fils de notaire. L’égalité, qui est un droit pour tous n’est donc pas une réalité pour chacun.

indien canada
Les amérindiens qui doivent vivre dans des réserves au milieux des états unis sont des exemples ambulants des inégalités dans la première puissance militaire au monde.

Le caractère multiformes des inégalités économique.

Les inégalités économiques –

Les inégalités économiques correspondent principalement aux inégalités de revenus et de patrimoine. Les inégalités de revenu a des multiples origines.

  • A l’occasion de la distribution des revenus du capital. Soit entre les possesseurs fonciers qui payent ou non un loyer, ce qui possèdent ou non plusieurs bâtiments qu’il peuvent louer ou encore des actions financières . C’est un revenu principalement chasse garder des heureux riches français.
  • A l’occasion de la distribution des revenus du travail. C’est la différence entre un salaire de chirurgien et d’ouvrier du bâtiment.
  • A l’occasion de l’imposition. Une personne avec un très bas salaire payera moins d’impôt que la classe moyenne. Une grosse entreprise aura une capacité d’optimisation fiscale beaucoup plus grande qu’une PME. Aussi, certains impôts ne jouent pas un rôle de faiseur d’égalité comme la TVA.
  • A l’occasion des revenus secondaires. C’est le RSA, les allocations chômages, les aides pour les familles nombreuses, l’hospitalisation, l’éducation…Ils sont faits pour justement réduire les inégalités. Néanmoins ils ne sont pas toujours pertinents . Ils faut faire attention a l’origine des financements qui pourraient être contreproductifs pour la société, si par exemple nous prenons principalement au 30 % les plus pauvres pour donner au 10 %. De plus certains mécanismes de revenu secondaires peuvent plus profiter aux hautes classes qu’ aux prolétaires. Touts les lycées n’ont pas le même budget les mêmes infrastructures, même chose pour les hôpitaux. Même certaine contreparties financières ne s’occupent pas de se concentrer sur les plus bas revenus.

Le revenu disponible d’un ménage est obtenu en additionnant tout ces facteurs ( RL + RK + RSecondaire – I).

Le patrimoine est encore plus inégalement réparti que les revenus. Les inégalités de patrimoine ont considérablement augmenté ces dernières années sous l’effet de la hausse des prix de l’immobilier et du fait que les revenus du capital ont progressé plus vite que les revenues du travail. En effet le revenu du capital est un revenu qui se transmet très facilement comparer au fruit d’un revenu du travail.

Screen Shot 2018-01-25 at 15.45.51
Hayek est economiste anglo saxon nobeler, il pense que personne ne peut comprendre la société dans son ensemble et donc que les bonnes politiques de justice sociale sont impossible.

Mesurer cette inégalité.

La mesure des inégalités de revenu et de patrimoine s’effectue à l’aide des mêmes outils statistiques: quantiles et courbe de Lorenz.

Les quantiles les plus utilisés sont les déciles: on découpe l’effectif des ménages des 10% les plus pauvres jusqu’au 10% les plus riches. Le décile est alors le montant de la ressource économique qui sépare chaque tranche de D1 à D9. D5 est la médiane, c’est-à-dire le montant de la ressource économique qui sépare l’effectif en deux population égales. Pour mesurer directement l’évolution des inégalités économiques, on calcule par exemple le rapport D9/D1: le résultat s’interprète comme le nombre de fois plus élevés dont dispose le décile le plus riches par rapport au décile le plus pauvre. Par exemples si le décile 9 ( donc ce qui sont plus riches que 90% de la population) a un revenu disponible de 13 000 euros par mois, et que le décile 1 ( les 10 % les plus pauvres ) on un revenu de 800 euros: 13 000 diviser par 800 est égales a 16,25. Les 10% les plus riches le sont donc de 16,25 plus comparer au 10 % les plus pauvres.

Une représentation graphique, appelée courbe de Lorenz, permet de décrire la concentration des ressources économiques à partir des ressources de chaque décile. Plus la concentration des richesses est forte entre les mains d’une minorité des ménages riche, plus la courbe s’éloigne de la diagonale.lorentz

On peut voire différentes courbes de lorentz du patrimoine comparées entre elle. Il est très facile de les lire, par exemple au usa, en 2007, les 40 % les plus pauvres ne possèdent aucun ou presque patrimoine, alors que les 10 % les plus riches possèdent proche de 72% . Pour estimer combien un décile possèdent de patrimoine il suffit d’isoler un décile de courbe et de soustraire le reste. Par exemple :le 8 ème décile des états unis sont a environ 28 % . Cela veux dire que 90 % des moins riches possèdent seulement 28 % du patrimoine. Pour se spécialiser au 8 âme décile ( donc entre les 80 % les plus pauvres et 10 % les plus riches), il faut retirer a partir du 7 eme décile. Ici 28 – 15 = 13. 13% du patrimoine national.

Ces courbes ne sont pas très intéressantes . Il n’y as pas de source, les courbes ne comparent pas des pays à la même années, ou bien un même pays a plusieurs années différentes。On peut tout de même remarquer qu’elles s’eloignent toutes d’une société complètement égalitaire représentée par la diagonal.

Les inégalité sociales.

Plus diverses et plus qualitatives, les inégalités sociales (différences de ressources socialement valorisées à l’intérieur d’une société) sont moins facilement mesurables . Elles peuvent être culturelles (différence de ressources en fonction des milieux sociaux) ou encore de santé (les inégalités dans l’espérance de vie en fonction des milieux sociaux).

Depuis les années 1990, ces inégalités on tendance à s’intensifier, non seulement entre PCS mais aussi à l’intérieur des PCS entre ceux qui ont accès a un emploi stable et ceux qui connaissent le sous-emploi (chômage ou précarité).

Des inégalités qui parfois se cumulent.

Les inégalités, en plus d’être multiformes, sont parfois cumulatives : par exemple, les inégalités de pratiques culturelles (fréquentation des musée, d’exposition , ect) dépendent et des inégalités économiques (inégalité de revenus) et des inégalité sociales (inégale distribution du capital culturel).

Autre exemple: posséder de haut revenu permet d’épargner (investir dans l’immobilier, acheter des obligation d’Etat, etc) et d’augmenter encore plus ses revenus (au revenus du travail viennent s’ajouter les revenus du capital: intérêts, loyers, etc) sans travailler, ce qui accroupit les inégalités de revenu avec ceux qui ne peuvent épargner ou utiliser leur épargne pour investir.

Les facteurs d’inégalités sont multiples.

Parmi les facteurs explicatif des inégalités, on peut avancer:

  • l’origine sociale: il s’agit de l’explication fondamentale des inégalités scolaires, chaque catégorie sociale ne transmettent pas la même quantité ni la même qualité de capital culturel à ses enfants. Or , l’accès aux diplômes joue un rôle déterminant dans l’accès à l’emplois et aux revenus.
  • -le genre: de fait, les femmes sont plus touchées par le chômage que les hommes, elle disposent de salaires inférieurs pour des postes de même nature, elles sont également moins bien représentées au sein des instances dirigeantes (entreprise, parlement, etc)
  • -L’âge et la génération: par exemple, le sous emploi touche beaucoup plus les jeunes (chômage, précarité etc)
  • -l’origine ethnique: la couleur de la peau ou encore la consonance patronymique sont encore des facteurs d’inégalité, en particulier dans l’accès à l’emplois
Screen Shot 2018-01-25 at 15.53.00
John Rawls est un écrivain américain, sociologue. Pour lui tout la société doit reposer sur un ensemble de droit fondamentale. De plus les inégalités sont acceptable seulement si la mobilité social est possible et si cette inégalités profite a l’ensemble de la société.

L’ égalité de quoi ? Des droit, des situations, des chances ?

Face à la multiplicité des inégalités, se pose la question de leur correction et de l’objectif qu’une société se fixe. Dans cette optique il faut alors se demander quel type d’égalité(principe qui établit une équivalence des ressources, des conditions, des attribut entre individus) viser et jusqu’où?

Il faut alors distinguer trois types d’égalité des situations, qui suppose la suppression de toute forme d’inégalité; l’égalité des droits, qui stipule que tous les individus doivent être traités également par la loi; l’égalité des chances, qui décrit la situation où tous les individus ont au départ de leur vie la même probabilité d’accéder à l’ensemble des positions sociales.

Privilégier tel ou tel type d’égalité, ou encore se fixer tel niveau d’inégalité, demeure profondément un choix politique de justice sociale. Celle-ci consiste en la définition des normes qui définissent une répartition des ressources au sein d’une société qui soit acceptable par le plus grand nombre. On voit bien, cette notion n’a rien de scientifique: elle repose sur des valeurs, des choix de société, une vision du monde et de l’homme en société qui peut grandement varier une culture à une autre.

Screen Shot 2018-01-25 at 15.40.51

Il s’agit maintenant de comprendre comment se positionne les Pouvoirs publics (les différents Etats) par rapport à ces conceptions de la justice sociale pour comprendre les politiques publics qu’il mettent en oeuvre pour réduire les inégalités.

Pour aller plus loin : Text de Piketty

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s