Lutte de classe. Premiere partie.

Lutte de classe.

Quel est l’intérêt d’analyser la structure de la société ?

La vie en société ne se résumer pas à la coexistante, sur un même territoire, d’individus totalement indépendants et isolés les uns des autres. Bien au contraire, la société est une collection de groupes sociaux indépendants et isolés les uns des autres: une classe, une famille, un syndicat, un groupe d’amis, un groupe sociaux de taille et de nature distincts: une classe, une famille, un syndicat, un groupe d’amis, un groupe de travail, ect. Le travail du sociologue  consiste en particulier à observer et à comprendre comment fonctionnent ces groupe (en interne) et comment ces différents groupes fonctionnent entre eux (influence, domination, simple coexistence, cet).

Nous avons déjà vue en première que dans une même vie, et au sein d’une même journée, chaque individus est marqué par son appartenance à différent groupe sociaux. un groupe social ne doit pas être confondu avec un simple rassemblement d’individus dans un même lieu: la queue à la caisse d’un supermarché ne constitue pas un groupe social. Le groupe social se caractérise par deux trait principaux: ses membres entretiennent des relations directes ou indirectes, et ils ont conscience d’appartenir à la même entité.

L’objectif de ce chapitre  sera de tenter de déterminer, à l’échelle d’une société, comment coexistent les grand groupes sociaux qui la composent. Autrement dit notre société est-elle organisée en castes, en groupe sociaux hermétiques et hiérarchisé ? Ou bien est-elle composée de groupes plus poreux, moins en conflit ? Face à cette question, les intellectuels de la fin du 19°siècle et du 20° siècle sont divisés, en particulier autour de la coton de classe sociale et de la théorie de la lutte des classe développée par Marx. La tournure des réponses apportées à cette question est lourde de  conséquences politiques très différentes, qui vont de la nécessité d’une révolution sociale à l’idée que tous les membres d’une société aurait des intérêts communs qui pousseraient à coopérer pacifiquement.

Ces articles reviendront donc sur les grandes approches théoriques de la structure sociale avant d’essayer d’analyser la composition de la société française aujourd’hui.

is

Karl Max et la lutte des classes

Pour l’économie et philosophe Karl Marx (1818-1883), toute société est composée de classes qui sont des rapports de domination entre elles (capital, 1864).

Au XIX° siècle, ces rapports se simplifient, Marx établit une distinction entre les différentes classes sociales. D’une part, on trouve les classes en soi; c’est à dire des individus qui partagent uniquement un mode de vie et un mode de production commun. C’est le cas des paysans. D’autre part, on trouve uniquement un mode de vie et un mode de production commun. C’est le cas des paysans. D’autre part, on trouve des classes pour soi c’est à dire des groupes d’individus qui, en plus d’occuper la même place dans le processus de production, ont une conscience de classe, c’est à dire le sentiment d’appartenir au même groupe. Cette conscience de la classe crée entre ses membres de la solidarité et débouche sur une organisation politique qui vise ses  intérêts.

Pour Marx, au XIX° siècle, il n’existe que deux classes pour soi : les bourgeois (ou capitaliste) et le prolétariat (les ouvriers salariés). Ces deux classes entretiennent des rapport sociaux qui sont des rapports de production . Ces rapports son antagoniste: les bourgeois possèdent les moyens de production (usine, machine, banque etc,) alors que les ouvriers ne possèdent rien d’autre que leur force de travail. Ces derniers sont donc obligés de travailler pour vivre. Les bourgeois peuvent alors profiter de leur situation de propriétaires pour imposer leur volonté au ouvriers et, en particulier, s’approprier une partie de la richesse créée  par les ouvriers en les payant moins que ce que ne rapporte leur production: il y’a donc exploitation d’une classe par l’autre. Les ouvriers refusant cette exploitation, ces deux classes ne peuvent alors qu’être en conflit: c’est la classes.

Cette vision des rapports sociaux débouchera sur la création des partis communistes et des partis socialiste un peu partout dans le monde à partir de la fin du XIXe siècle: à l’origine, ce sont des partis ouvriers.

marx-engels

Max Weber: les dimensions de la stratification sociale sont utiles.

Pour le sociologue allemand Max Weber ( 1884 – 1920 ), la classe sociale regroupe des individus se trouvant dans une situation économique semblable, une même « situation de marché » (c’est à dire des chances similaires d’accéder à des bien et des services), mais cette similitude  ne crée pas forcément une communauté. Les classes sociales ne sont que des collections d’individus regroupés parr le sociologue à des fins de classification sans que soit nécessairement présent un sentiment d’identité collective. Dans cette approche, les individus peuvent passer facilement d’une classe à l’autre.

Pour weber, la société est structurée selon trois ordres: l’ordre économique, dans lequel les biens et les services sont inégalement distribués (cette distribution détermine les classes sociales) ; l’ordre social où le prestige est inégalement distribués (cette distribution détermine des groupes de statut, c’est-à-dire des groupes d’individus partageant le même prestige  et les même mode de vie);  l’ordre politique, où le pouvoir (en particulier le contrôle de l’Etat et des administration publiques) est inégalement réparti.
Un même individu peut ainsi se trouver à des niveaux différents dans chacun de ces ordres (différence par exemple entre un ouvrier et un leader syndical).

Synthèse Marx/Weber

Au final, on retiendra qu’une classe social ayant une existence de fait et non de droit, et constitué à partir de la place occupée dans le processus de production

Selon Marx, les classes sociales existent objectivement (conception réaliste) et on conscience de leur existence, au potin d’être en permanence en conflit au sujet de la répartition des richesses produites.

Pour Weber, les classes sociales sont beaucoup plus de simple collection d’individus (conception nominaliste) qui se trouvent dans la même situation de classe ( (même situation économique et même intérêts  économiques), sans que cela débouche pour autant, de manière systématique sur une conscience de classe et sur des conflits politiques.

Ces approches classique ont été révisitée au 20° siècle par le sociologue FR Pierre Bourdieu.

Pierre Bourdieu:  un monde social où règne la domination.

Pour le sociologue Pierre Bourdieu (1930 – 2002), les individus ne changent pas facilement de groupes sociaux: nos sociétés ne sont donc pas organisée par strates.

zurick
Chômeurs durant les années 1920. Archives sociales suisses, Zurich.

Nos sociétés ressemblent à des espaces où la position des individus est déterminée par leur capital économique et leur capital culturel. Ainsi, au sommet de cette société, on retrouve ceux qui possèdent à la fois beaucoup de capital économique (des biens, des propriétés, etc) et beaucoup de capital culturel (c’est à dire une forte culture générale qui se traduit en diplômes prestigieux); il s’agit, ici, surtout des professions libérales (avocats, chirugiens, etc). Pour Bourdieu, les classes sociales sont des classes «  en pointillé » ou des classes « probable », c’est à dire susceptible de se ressembler et de rentrer en conflit si un travail intense de mobilisation politique est effectué.

Ceux qui possèdent beaucoup de capital constituent les dominants, ou la classe supérieure (La Distinction, 1979):  il  peuvent imposer leurs règles à la société (ce n’est pas un hasard si, par exemple, plus de 50% des députés sont issus de CPIS alors les CPIS ne représentent que 14% des actif français).  C’est en ce sens que s’exerce une forme de domination  sociale, c’est-à-dire de capacité à imposer – d’une manière douce et quasi inconsciente- aux autres groupes sociaux les manières « légitimes » de penser et d’agir.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s