Masumura yasuzo.

 

Masumura yasuzo.

Nee en 1924 et mort en 1986. Masumura a commencée a étudier le droit avant de devenir assistant réalisateur. Il partira étudier le cinéma Rome grâce a une bourse pendant 3 ans, puis repartie au japon aider sur quelque projet jusqu’en 1957 ou il réalisa Les baisers. Son premier film. Une œuvre avec une forte inspiration occidental et un des représentants du mouvement du « taio-zoku »qui pourrait être traduit par famille du soleil. Il faut ici comprendre des films avec des personnages plutôt jeunes, une partie érotique, de la violence des courses de motos ou encore des scènes de danse… Soit des films peut coûteux qui cherche la rentabilité mais qui par la même occasion en profite pour sortir des studios et filme la vraie vie. Des films qui montre l’envie de liberté dans cette société japonaise encore très traditionnelle. Voila un paradoxe, cette soif de liberté et etanchee dans la « culture d’occupation » venant du monde occidental.

La problématique de cette relation est montré dans son film suivant, Le géant et les Jouets. Un film japonais et pourtant très coloré, tout en mouvement. D’une façon hollywoodienne. Une façon hollywoodienne oui, mais pour en faire une critique . Des plans d’usine, des plans de machine montrent un monde moderne un peu fou que les acteurs humains tentent de comprendre, de s’y adapter.

On y suit donc Kyoto, une fille du peuple choisie pour représenter une marque de caramel. Le jour ou on lui demande de jouer la candide, elle comprend que son monde est factice. Elle pourra alors utiliser au mieux les codes à  son avantage, elle retourne la situation passant de victime à gagnante. A contrario, le chef de la publicité Goda, est celui qui au début a l’air de maîtriser ce monde. Il est celui qui aura utiliser Kyoko avant de se faire lui même utiliser. Il se bat pour continuer de survivre à son entreprise qui continue sans arrêt de grossir au détriment de ses concurrents . Kyoto évolue au yeux de tous dans un show hollywoodien pendant que Goda agonise dans des bureaux obscur.

Plus tard Masumura investira le milieu militaire. Evidemment pour faire la démonstration d’humains jetables, sans esprit, qui serait au profit de la société japonaise. Dans Le soldat yakuza  les militaires et prostituées sont confondus. Les deux sont des corps utiliser, sans contestation possible. Jusqu’à qu’une nouvelle et plus jeune personne puisse remplacer un agent usé.

Pour compléter une rétrospective de son oeuvre on peut citer La bête aveugle pour une belle représentation de la femme ou l’adaptation Tatouage. Néanmoins la fin de sa carrière est marqué par des productions érotiques a petit budget. Des téléfilms ainsi que des séries comme Black Gospel faisant de lui l’un des fondateurs de la télévision japonaise moderne.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s